domenica, Giugno 7

Élections au Burundi: la contre-action du régime, une avalanche de fausses données Les données non officielles montrent un net avantage du candidat de l'opposition, Aghaton Rwasa. Mais le régime ne veut pas le reconnaître

0

Dans les plans originaux orchestrés par le régime CNDD-FDD, le black-out des communications avait pour mission d’empêcher la diffusion des données sur le vote qui résulteraient des opérations de dépouillement des différents bureaux de vote. Grâce au boycott partiel effectué par les techniciens des télécoms, qui a permis des restaurations intermittentes de la ligne internet, et la désobéissance de divers responsables de la CENI, les résultats provisoires concernant le dépouillement de 48% des bureaux de vote nationaux ont commencé à couler le soir du 20 mai, deux heures après la clôture du vote. Données transmises par certains utilisateurs de médias sociaux qui l’attendaient.

Les données montrent un net avantage du candidat de l’opposition, Aghaton Rwasa, leader du Congrès National pour la Liberté – CNL, 62%. Le candidat du régime, le Général Evariste Ndayishimiye s’élève à 20% des préférences.

La divulgation de données a effectivement empêché le régime de mettre en œuvre les étapes suivantes destinées à maintenir le pouvoir par la force et à empêcher toute manifestation populaire. Parmi eux, le confinement sanitaire de Covid-19 qui devait commencer le lendemain des élections, jeudi 21 mai.

Reprise le contrôle de la CENI et puni les ‘traîtres’ qui avaient permis la fuite d’informations sur les restes des votes, le régime force désormais la Commission électorale à une manipulation grotesque des données. Les résultats provisoires devaient être divulgués lundi prochain tandis que les résultats définitifs le 28 mai 2020. Pour contrer balancer la fuite des nouvelles qui démontrent la victoire éclatante du candidat de l’opposition, le CNDD-FDD a commencé jeudi soir à publierprogressivement des données où (curieusement) 80% des voix sont attribuées au général Evariste et seulement 20% à Rwasa.

À une grande surprise, les données provisoires ont été par le journal télévisé de Synergie des médias, sous le contrôle du ministère de la Communication et des Imbonerakure. Contrairement aux données partielles transmises par les ‘traîtres’ de la CENI lors du dépouillement, les données fournies par le régime ne concernent que 12% des bureaux de vote.

Lors d’une première analyse des données, il est clair que le processus de falsification des données a été effectué de manière précipitée et déraisonnable en raison de la hâte de contraster les données réelles publiées dans la soirée du 20 mai. Voici quelques exemples. Siège Ecofo Rubanga BV2: les électeurs inscrits (314) deviennent 354 au procès-verbal officiel (P.V.). Bukeye Muramvya siège les 35313 électeurs inscrits augmentent sur le P.V. atteignant 46,360. BukeyeMuramvya 119BV siège les 31483 électeurs inscrits augmentent sur le P.V. arrivant à 35.216.

Face à cette opération grossière pour fournir de fausses données électorales et créer le mythe d’une victoire écrasante du Général Evariste et des arrestations massives de militants de la CNL, le chef de l’opposition: Agathon Rwasa a déclaré dans une interview à Radio France Interational: «Je refuse les données fournies car elles sont évidemment truquées et ne correspondent pas à la réalité». Sur RFI, Rwasa revendique la victoire des élections présidentielles, législatives et municipales malgré le climat de violence, d’intimidation et de fraude électorale orchestré par le régime le jour du scrutin.

La police a ouvert une enquête sur plusieurs responsables de la CENI et sondeurs du bureau de vote pour comprendre comment la fuite de données provisoires réelles immédiatement transmises par un réseau “étranger” d’utilisateurs et de journalistes sur les réseaux sociaux était possible.

 Les responsables centraux de la CENI ont reçu l’ordre d’examiner tous les PV officiels, de les transformer et, si nécessaire, de détruire les PV d’origine en les remplaçant par des PV préfabriqués. Le régime empêche le parti d’opposition d’assister à l’analyse des PV qui est effectuée sous étroite surveillance par les cadres politiques du CNDD, le Generali HutuPower et les milices génocidaires Imbonerakure. Plus de 200 militant du CNL ont été arrêtés entre le 20 et le 21 mai.

Il y a une confusion totale au sein du CNDD-FDD et de l’armée. Une réunion d’urgence de l’état-major des forces armées a été convoquée ce soir avec la présence du dictateur Nkurunziza et du candidat CNDD: le Petit Evariste à l’hôtel Tamotels à Gitega.

L’informazione che non paghi per avere, qualcuno paga perché Ti venga data.

Hai mai trovato qualcuno che ti paga la retta dell’asilo di tuo figlio? O le bollette di gas, luce, telefono? Io no. Chiediti perché c’è, invece, chi ti paga il costo di produzione dell'Informazione che consumi.

Un’informazione che altri pagano perché ti venga data: non è sotto il Tuo controllo, è potenzialmente inquinata, non è tracciata, non è garantita, e, alla fine, non è Informazione, è pubblicità o, peggio, imbonimento.

L’Informazione deve tornare sotto il controllo del Lettore.
Pagare il costo di produzione dell’informazione è un Tuo diritto.
"L’Indro" vuole che il Lettore si riappropri del diritto di conoscere, del diritto all’informazione, del diritto di pagare l’informazione che consuma.

Pagare il costo di produzione dell’informazione, dobbiamo esserne consapevoli, è un diritto. E’ il solo modo per accedere a informazione di qualità e al controllo diretto della qualità che ci entra dentro.

In molti ti chiedono di donare per sostenerli.

Noi no.

Non ti chiediamo di donare, ti chiediamo di pretendere che i giornalisti di questa testata siano al Tuo servizio, che ti servano Informazione.

Se, come noi, credi che l’informazione che consumiamo è alla base della salute del nostro futuro, allora entra.

Entra nel club L'Indro con la nostra Membership

Commenti

Condividi.

Sull'autore